Méditation: Fête des Anges Gardiens (02 octobre)

Publié le par Astrella

Méditation:

Fête des Anges Gardiens




Saint Matthieu 18, 1-5,10

Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent :
« Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? » Alors Jésus
appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d’eux, et il déclara :
« Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les
petits enfants, vous n’entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais
celui qui se fera petit comme cet enfant, c’est celui-là qui est le
plus grand dans le Royaume des cieux. Et celui qui accueillera un
enfant comme celui-ci en mon nom, c’est moi qu’il accueille.
Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis,
leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui
est aux cieux. »


Prière d’introduction
Seigneur Jésus, je viens devant toi aujourd’hui dans la prière. Donne-moi la foi et la
confiance en ta présence à mes côtés. Établis ma vie sur la foi en ton
amour pour moi. Merci pour ces moments de prière. Je me rends compte
que je dépends de toi en tant que créature, pécheur et apôtre choisi.
Que mon ange gardien m’aide à ne jamais oublier ta présence constante
dans ma vie.

Pétition
Seigneur Jésus, accorde-moi la grâce de la confiance joyeuse en ton attention délicate pour moi.

Points de réflexion

1. Jésus appela un petit enfant.
Regardons la réalité en face : souvent nous nous prenons pour le centre
du monde. Parfois, nous recherchons de la reconnaissance, parfois nous
nous cachons la tête dans le sable, pensant que nous ne valons rien.
Depuis le péché original, la réalité humaine oscille entre ces deux
extrêmes. La grâce de Dieu peut la guérir.
« Les vertus humaines acquises par l’éducation, par des actes délibérés et
par une persévérance toujours reprise dans l’effort, sont purifiées et
élevées par la grâce divine. Avec l’aide de Dieu, elles forgent le
caractère et donnent aisance dans la pratique du bien. L’homme vertueux
est heureux de les pratiquer. »
(CEC 1810).

2. La simplicité.
La simplicité est une vertu précieuse, elle nous protège de
l’égocentrisme. Certains confondent la simplicité avec la naïveté. En
réalité, la simplicité chrétienne est le fruit d’un travail difficile
et continuel sur soi-même. Il est facile d’être sophistiqué : c’est
simplement le fruit de l’orgueil qui se manifeste par des complexes de
supériorité ou d’infériorité. La simplicité reflète une symbiose totale
avec le Seigneur. Elle exclut toute forme de duplicité et de
complication provenant de l’égoïsme par conséquent elle pousse l’âme
dans une direction seulement : vers Dieu.

« Le chemin de la sainteté est un et invariable. Nous trouvons Dieu et nous Le servons dans la mesure où nous savons renoncer à nous-mêmes et nous oublier. » Père Martial Maciel, LC, lettre du 20 novembre 1953

Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, merci de me choisir pour être ton apôtre à un moment où
les besoins spirituels du monde abondent. Je crois que tout ce que j’ai
vient de toi. Apprends-moi, Seigneur, à ne pas me concentrer sur les
grandes choses que je veux faire mais sur ta bonté de m’avoir choisi
comme ton disciple. Apprends-moi à être simple et confiant comme un
enfant. Inspire-moi confiance en mon ange gardien qui est toujours avec
moi.


Résolution
Seigneur, je promets d'élever mon esprit et mon cœur vers toi plusieurs fois
pendant cette journée. De cette manière, je me rappellerai que toutes
les bonnes choses viennent de toi, particulièrement le don de mon ange
gardien.


http://viechretienne.catholique.org/

Commenter cet article

Jean-Marie 01/10/2009 18:37


Jésus prend le petit enfant en exemple. Les enfants sont purs et honnêtes, ils ne connaissent pas le mal. Ils sont confiants. Et nous adultes nous les pervertissons par nos mensonges et notre
égoïsme. Nous leur pprenons le Mal ! Les exgégètes se trompent en parlant de simplicité, ce n'est qu'une petite partie du véritable problème.